Il est aujourd'hui possible de virtualiser le contrôleur en l'exécutant de manière distribuée. Les points d'accès intelligents peuvent alors se gérer de façon coordonnée.

Les contrôleurs WLAN (des appareils ou des serveurs montés sur rack) fonctionnent à l'aide de points d'accès allégés capables de récupérer leur micrologiciel et leur configuration à partir du contrôleur WLAN, offrant ainsi un point de gestion unique pour l'ensemble du réseau sans fil. Ils servent également de commutateur et de pare-feu pour tout le trafic sans fil acheminé à travers le contrôleur : un point de contrôle et de terminaison unique pour tout le trafic sans fil.

Il est aujourd'hui possible de virtualiser le contrôleur, de le déployer et de l'exécuter de manière distribuée dans les points d'accès de façon coordonnée. Les points d'accès intelligents et avancés sont gérés en tant que système ou cluster unique et prennent en charge les plans de contrôle et de routage de manière distribuée et coordonnée.

Une solution de gestion unifiée et de contrôle distribué supprime le contrôleur autrefois nécessaire dans les architectures de déploiement sans fil, ce qui offre de nombreux avantages potentiels aux entreprises et à leurs services informatiques.

Avantages

Un CAPEX inférieur : les architectures basées sur un contrôleur impliquent des dépenses d'exploitation préalables élevées. Elles exigent également des frais de licence et d'entretien élevés. Une architecture de contrôle distribuée réduit le CAPEX puisqu'aucun contrôleur n'est nécessaire.

Des coûts d'exploitation réduits : l'absence de contrôleurs permet de réduire le nombre d'équipements à manipuler et à gérer et de bénéficier de plusieurs avantages liés à la réduction des coûts d'exploitation : réduction de l'espace occupé dans les racks, diminution des exigences en matière d'alimentation et de refroidissement, absence de frais de maintenance (plus particulièrement pour les contrôleurs de sauvegarde non utilisés) et, bien évidemment, réduction du nombre d'équipements à surveiller par le service informatique.

Une résilience renforcée : dans une architecture centralisée basée sur un contrôleur, ce dernier constitue un point de défaillance unique pour l'ensemble du réseau sans fil. Il compromet l'ensemble du trafic sans fil lorsqu'il tombe en panne. Le seul moyen de minimiser cet impact est d'ajouter d'autres contrôleurs redondants, ce qui a un coût. Avec une architecture de contrôle distribuée, ce point de défaillance unique disparaît. En effet, la fonction de contrôleur n'est plus centralisée, mais elle est partagée par tous les points d'accès du domaine de gestion.

Pas de goulot d'étranglement du trafic et moins de latence : le WLAN est aujourd'hui censé connecter des applications gourmandes en bande passante et/ou sensibles à la latence. La technologie s'est améliorée au fil des années pour offrir des débits toujours plus élevés grâce aux normes IEEE 802.11a/b/g/n, et maintenant 802.11ac. Grâce à cette méthode de contrôle distribué, le trafic n'est plus canalisé vers l'équipement centralisé, mais redirigé directement vers le commutateur Ethernet local.

Davantage d'évolutivité : lorsque le nombre maximal de points d'accès pouvant être gérés par un contrôleur est atteint, le déploiement de nouveaux points d'accès requiert un contrôleur supplémentaire. L'architecture de contrôle distribuée offre une meilleure évolutivité : aucun contrôleur matériel n'est requis, quelle que soit la taille du déploiement.

Enfin et surtout, l'architecture de contrôle distribuée représente certainement le plus court chemin vers le prochain bouleversement en matière de technologie sans fil en entreprise : le cloud Wi-Fi.

Produits associés